Blog
d’expo
entrepreneurs

Amira Boutouchent

Cinq questions avec la co-fondatrice et PDG de Bridgr

– 

En cette première édition d’Expo Entrepreneurs, plusieurs partenaires se rallient à nous pour faire rayonner leurs industries et profiter d’une vitrine incroyable pour nous en apprendre plus sur leurs idées et leurs projets. Parmi eux, la compagnie BRIDGR, qui aide les acteurs du secteur manufacturier à naviguer leur transition vers un marché axé sur l’automatisation, l’intelligence artificielle et l’optimisation numérique.

Question de vous offrir un petit aperçu de son parcours et des leçons apprises en chemin, nous nous sommes entretenus avec la co-fondatrice et PDG Amira Boutouchent pour vous offrir une entrevue en 5 questions.

Racontez-nous une rencontre qui a tout changé.

Dans mon cas, il était plutôt question de revoir, fin 2015, une personne que je connaissais et avec qui j’avais collaboré par le passé, Mehdi Drissi, qui est aujourd’hui mon co-fondateur à BRIDGR.

Nous avions collaboré sur un projet en 2013, alors qu’il était basé en France et moi ici, à Montréal. A cette époque, il nous a fallu quelques semaines pour apprendre à travailler, l’un avec l’autre. Le déclic fut quand nous nous sommes rendus comptes que nous étions juste deux personnes qui aiment le travail bien fait, et qui étaient très pointilleuses sur les détails.

Il était clair que nous avions une vision similaire, nous n’avions juste pas eu les moyens de la concrétiser. Aujourd’hui, je ne pense pas que BRIDGR aurait existé dans la forme que l’on propose, si on ne s’était pas recroisés.

Partagez votre meilleure astuce ou conseil.

Ça va sembler un peu clichée et naïve comme réponse, mais l’honnêteté. Être honnête envers son équipe, ses clients, ses actionnaires, mais surtout envers soi-même. Même si parfois, il est très difficile de s’avouer que les choses vont mal. C’est un exercice très compliqué à faire en tant qu’entrepreneur mais, quand on avoue que ça va mal à notre équipe ou aux personnes proches de nous, ça débloque souvent la situation, ou au moins ça aide à avancer et à prendre du recul. Ça prend une réelle honnêteté pour que les gens puissent te venir en aide.

Qu’auriez-vous aimé savoir au début de votre parcours entrepreneurial?

Qu’il ne faut pas avoir peur d’aller de l’avant et de se casser la gueule. Il faut faire confiance à ses instincts et être honnête avec soi-même par rapport à ce qu’on est capable de réaliser ou pas. Mais après ça, il faut se faire confiance et prendre des risques. Au sein de BRIDGR, Il y a des choix que l’on a retardé ou des décisions que l’on a eu du mal à prendre, car on voulait tout faire à la perfection.

Quel est le plus grand défi de l’entrepreneuriat québécois en ce moment?

Le manque de ressources humaines et de financements pour les très jeunes entreprises. Il y a de très belles choses qui ont été faites pour le financement d’entreprises dans l’optique de croissance, mais il y a encore du travail à faire pour le réel “early stage.”

Qu’est ce qui t’excite le plus quant au futur de l’entrepreneuriat Québécois?

La diversité. Le fait qu’au même endroit on puisse trouver des personnes avec des backgrounds et des réseaux différents ainsi que des cultures, des langues et des forces complètement diversifiées.

L’équipe de BRIDGR sera sur le terrain les 24-25 janvier à Expo Entrepreneurs dans la section démo, donc assurez-vous de passer leur dire un bonjour et en apprendre plus sur le futur du secteur manufacturier!

Vous n’avez toujours pas votre billet? Faites-vite!  Posez votre candidature pour votre billet gratuit offert offert gracieusement par nos partenaires.